Longer la mer Noire en camping-car… On en entendait peu parler… On se demandait si ça valait le coup ou pas🤔… Réponse ici !! Ce sera notre dernière étape en Turquie.

En route pour la capitale !

Nous vous avions quittés en Cappadoce. Il restait pas mal de route à faire à travers l’aride plateau anatolien, avant d’atteindre la mer Noire en camping-car.

😅🤪😱 Anecdote, fun fact 😱🤪😅 : Comment on a créé une émeute dans un collège…
Ben en fait ce n’est pas très compliqué. Vous choisissez un petit bled au milieu du plateau anatolien. Un jour de grosse chaleur, de préférence ! Vous attendez qu’il soit l’heure en déjeuner. Du coup, il devient indispensable de trouver de l’ombre. Et quand vous roulez sur le plateau anatolien, 1) il n’y a pas beaucoup de parkings ou d’endroits où s’arrêter sans gêner, et 2) il n’y a pas l’ombre d’un arbre, pour se mettre à l’ombre justement…
Du coup on circule dans un petit village et trouve l’arbre convoité. On se gare sous l’arbre, le long d’une barrière. Et là, c’est l’hystérie… « Tourist, tourist, tourist !!!!« . Punaise, on est repérés ! On est devant un établissement scolaire et visiblement les gamins ne voient pas beaucoup de touristes. Ceux qui sont dans la cours se mettent à crier, mais ceux qui sont en classe dans les étages font la même chose🤪. Et les voilà qui se précipitent à la barrière… L’anglais n’est visiblement pas la matière la mieux maîtrisée parce que chacun défile en tentant un « 👋How are you ? » et la conversation s’arrête là. On a juste le caïd de la cours qui nous lance fièrement un « My name is Eymen, I’m Turkish !! » –Pas possible ??😂. Bon, vu le cirque on plie bagages. Coucou tout le monde ! Bye bye ! On va chercher un arbre ailleurs 😅

Des arbres, on en trouve surtout quelques uns pour passer la soirée au bord du lac d’Hirfanli. De l’herbe, des vaches, de l’eau, du calme,… on peut même tourner quelques séances de vlog sous le carbet !

Ankara, soirée dans la capitale !

De là, nous rejoignons la capitale. Il fait hyper chaud, Ankara est extrêmement étendue… On décide donc de rester passer la nuit dans un chouette quartier périphérique. Un parc plein de gens qui pique-niquent, des petits restos, un lac bien éclairé… Il n’en faut pas plus pour que nous passions une bonne soirée dans la capitale. Petite anecdote au passage, on vous a souvent parlé de la gentillesse des Turcs. Eh bien dans notre petit resto de grillades, nous sommes les derniers à finir de manger et on entend une chanson de Gims, ça nous surprend… Puis une deuxième chanson en français, une troisième… Cette fois c’est sûr, la serveuse a mis une play-list française rien que pour nous😄. Les rois des petites attentions ces Turcs 🥰.

Yörük Köyü

C’est un village musée, vers Safranbolu. On peut y voir des maisons traditionnelles ottomanes. tout est un peu délabré, mais il y a moins de monde qu’à Safranbolu et on dort très paisiblement sur le parking ! Le lavoir est un endroit sympa à visiter, avec un monsieur très gentil qui nous explique tout le fonctionnement en anglo-franco-turc 😊.

Amasra, première escale en mer Noire

On retrouve le bord de mer. Le temps n’est pas super beau, mais on trouve un parking plutôt accueillant (bien que payant…) pour passer la journée et la nuit. Notre premier contact avec la mer Noire n’est pas désagréable même si la petite station balnéaire nous paraît bien vieillotte. On mange plutôt bien dans un joli resto de poissons, on a un super coucher de soleil depuis le camion… Tout va bien😊 !

Mais les choses vont se gâter…

La mer Noire en camping-car : une galère ?

Déjà le climat se dégrade☁️⛈️… Mais ce n’est pas tout. Le spots ne sont pas terribles… On peine à trouver… On fait un arrêt à Philios mais le seul avantage c’est qu’il y a un terrain plat en bord de mer et que nous voyons des petits dauphins🐬 qui s’amusent toute la journée devant nous. Le village est vraiment moche et sale, et la fiesta de la nuit bruyante😣…

mer noire en camping-car

La pire route du voyage, voire de tous les voyages

😤💩🤬 Galère 🤬💩😤 :
Comment on aurait pu tourner un épisode des Routes de l’impossible La « route » qui va de Philios à Zonguldak est une horreur ! On voit bien sur le GPS qu’elle n’a pas l’air énorme cette route. Mais la route principale fait un très gros détour dans les terres… Alors on s’embarque sur la petite route.
Mauvaise idée… Je vous la fait courte, vous regarderez dans le vlog (même si ça n’est pas aussi impressionnant en vidéo qu’en vrai😱). La chaussée est défoncée, extrêmement pentue avec des lacets très serrés (genre tes roues de l’avant décollent, t’arrives plus à avancer et t’as une voiture collée à ton c..). Cette voie dessert en fait d’immenses usines, probablement de charbon. C’est blindé d’énormes camions super lents et de véhicules qui doublent à la manière habituelle dans le pays (sans visi…😬). On a une pensée pour les gens qui vivent ici, dans la pollution, la poussière, le ballet incessant des camions et des trains…
Bref, la prochaine fois, on prendra le chemin le plus long !

Des déchets en veux-tu, en voilà…

De spot en spot on se désespère. Depuis que nous sommes arrivés en Turquie on voit énormément de déchets partout. Mais là les records sont battus. C’est vraiment hyper crado. Déjà que les bivouacs ne sont pas transcendants… Ça devient déprimant. On passe même une nuit à côté d’une plage en feu🔥🔥. Les locaux ont rassemblé vaguement des tonnes de cochonneries et enflammé le tout.

Heureusement on arrive tout de même à se trouver quelques spots corrects, mais ils ne resteront pas gravés dans nos mémoires. L’avantage c’est que nous aurons moins de mal à quitter la Turquie 😉

Road-trip : la mer Noire en camping-car, le Vlog !

Disponible prochainement

Conseils pour faire (ou pas…) la mer Noire en camping-car

Infos pratiques :
🟢pas la peine de prévoir beaucoup de temps pour ce secteur. En plus quand on se rapproche d’Istanbul les accès plages deviennent payants.
Plus globalement, la Turquie c’est génial en camping-car🥰 :
🟢de l’eau partout,
🟢des routes de qualité (sauf en mer Noire),
🟢des gens souriants et agréables, aucun problème de sécurité,
🟢une incroyable facilité à faire du camping sauvage,
🟢plein de sites variés et superbes à visiter
🟢prévoir un bon guide papier (vert ou bleu) car pas d’explications sur place, idem pour les randos
🟢points négatifs : les déchets et le bruit la nuit (chiens, muezzin, musique)

Un dernier petit conseil si vous ne voulez pas trop passer pour un touriste… Le premier mot que l’on apprend (parce qu’il est écrit à la sortie des villes et facile à retenir, c’est gülé gülé. On déduit que ça veut dire au revoir et on le lance fièrement en quittant les magasins. MAIS attention ça c’est ce que dit la personne qui reste sur place ! En réponse à votre au revoir à vous qui est Alasmalek! (Version phonétique de ce que nous a appris un patron de resto qui a eu pitié de notre ridicule gülé gülé 😂).

C’est ainsi que ce terminent ces presque 2 mois passés en Turquie ! Prochaine étape, la Bulgarie. Une nouvelle aventure en perspective !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à nous laisser des étoiles 😊

Note : 1 sur 5.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar
%d blogueurs aiment cette page :