On vous a laissé il y a quelques semaines alors que nous embarquions sur un ferry, pour une destination surprise (c’était ICI). C’était bien une surprise pour nous aussi. 4 heures avant de monter à bord, pour pensions partir en Albanie… Mais rien ne s’est passé comme prévu ! Ce nouvel épisode commence donc par le récit d’une (petite) galère qui va nous amener à faire la Grèce en camping-car😏…

😤💩🤬 Galère 🤬💩😤
Comment on s’est retrouvé en Grèce… Nous arrivons tranquillement au port de Bari. Le bateau pour l’Albanie doit partir à 22h. On se présente donc en début d’aprèm’ au bureau des différentes compagnies afin d’acheter nos billets. Le gars de GNV parle français, ça nous arrange. Il nous confirme qu’il y a bien un bateau le soir même, avec de la place, mais pas d’Open deck. On lui dit ok, ça nous va quand même. Et là il laisse son clavier, il s’approche de son hygiaphone et il nous dit « Mais pourquoi vous voulez aller en Albanie ? ». Nous : « Euh… Ben… Pour visiter…« 

Et là c’est le drame. Le type continue à nous fixer et nous dit que non, c’est pas possible. On ne peut pas y aller pour le tourisme. On pourrait éventuellement transiter. Mais comment on expliquerait aux gardes frontière qu’on va transiter par l’Albanie pour aller en Grèce alors qu’il y a un bateau qui part deux heures plus tôt et qui LUI va directement en Grèce… Vous voyez ?

Ben oui… On voit que notre projet est en train de tomber à l’eau…

Nous optons donc pour un billet Bari – Igoumenitsa en nous disant qu’une fois en Grèce on remontera par la route, en Albanie. On sait qu’il y a des voyageurs sur place donc si on ne peut pas entrer par voie maritime, on prendra la voie terrestre. On ne se débarrasse pas de nous si facilement !
Quoique… (à suivre…)

En route, donc, pour la Grèce en camping-car !

Nous voilà sur le ferry. Ambiance très spéciale. Nous sommes les seuls à aller en Grèce en camping-car. Il y a une poignée de touristes, pas mal de chauffeurs routiers, mais énormément de camions sont embarqués sans conducteur depuis le COVID. Il y a donc bien peu de monde sur ce bateau. Du coup dans la salle des fauteuils, nous avons plein de place pour nous allonger. La nuit n’est pas très bonne, elle est surtout très courte. Notre camping-car est rentré en dernier sur le pont inférieur. Il bloque donc tous les camions. Un routier nous a expliqué qu’il faudrait être à 5h30 (heure grecque… ce qui veut dire 4h30 pour notre organisme🥱, décalage horaire oblige) devant la porte. Ok chef 👍!

On arrive avant l’aube à Igoumenitsa. Et comme si ce réveil très matinal ne suffisait pas nous faisons partie des heureux gagnants d’un test antigénique aléatoire🎉. Là ça finit de bien te réveiller 😖 !

Heureusement on a un super coin que l’on connaît bien qui nous attend au nord de la ville. On se pose 2 jours pour se retaper !

Infos pratiques :
🟢Ferry : Bari Igoumenitsa, allé simple, 1adulte et 1 senior en fauteuil Pulmann +1 camping-car de 7,50m x 2,80m = 231,60 euros ( 52+42+137). 10 heures de traversée avec GNV.
🟢Spot Park4Night : à Drepanos, baie au nord d’Igoumenitsa.

Comme la météo n’est pas bonne (de la neige, puis -7° au lac Ohrid, où nous voulons aller en Albanie) nous décidons de descendre un peu dans l’Epire le temps de retrouver des conditions plus clémentes…

Excursion aux Enfers…

La plage d’Ammoudia, que nous connaissons déjà, est bien amochée par les tempêtes de l’hiver. On trouve un petit resto ouvert et c’est bien là l’essentiel😋.

Le plaisir des bivouacs grecs, c’est d’être adoptés chaque jour par un nouveau compagnon. Ceux-ci étaient vraiment choux. Et comme ils crèvent tous la dalle, on a toujours un sac de croquettes pour les cas désespérés. Mais beaucoup d’habitants prennent en charge les animaux errants. Chacun apporte ses restes. On a même vu parfois des associations qui s’occupent des soins, de la stérilisation ou de la mise en adoption des chiots trop mignons.

Le niveau de l’Achéron est très haut. On ne va pas encore une fois vous raconter l’histoire de ce fleuve qui conduit aux Enfers. Allez voir là, au paragraphe « Ammoudia ». Mais par contre on va vous raconter….

😅🤪😱 Anecdote, fun fact 😱🤪😅 : Comment on aurait pu parler avec les morts…
Tout près d’Ammoudia et de l’Achéron se trouve un site archéologique que nous n’avons pas encore visité. On s’arrête donc au Necromenteion. Ici, dans la Grèce antique, on venait pour parler avec les morts. Il faut faire un effort d’imagination… Alors, imaginez…😵
Ici s’étendait un grand lac où confluaient l’Achéron et 2 autres affluents du Styx. Le lieu idéal pour entrer en communication avec le royaume d’Hadès et de Perséphone : le Royaume des morts. Ulysse lui-même est venu là pour rencontrer l’ombre du devin Tirésias et entendre son oracle.
Les Grecs séjournaient ici pour parler aux morts et en apprendre plus sur leur futur. Les consultants passaient 3 jours sur le site. 3 jours à circuler de pièce en pièce dans un petit labyrinthe obscur, guidés par des prêtres et anesthésiés par des graines de pavots… (Tout est aujourd’hui à l’air libre mais il faut imaginer 3 niveaux souterrains). À grand renfort d’offrandes, différents espaces s’ouvraient aux visiteurs…
On aboutissait finalement dans une sorte de tunnel /grotte où la rencontre avec les ombres des morts avait lieu. C’est là que nous sommes arrivés après une courte visite. On ne voudrait pas casser la magie, mais il semblerait que les prêtres avaient mis au point une sorte de théâtre d’ombres assez ingénieux… les petits malins😇 !! Tout ceci n’est bien-sûr que suppositions de spécialistes car les initiés devaient garder un secret absolu sur l’expérience qu’ils avaient vécue.
Bref, on aurait pu parler aux morts, mais y’avait pas de pavot…😕🙃🥀

Mais finalement , on se dit que c’est peut-être bien Charon que nous avons croisé en train de manœuvrer sa barque sur l’Achéron😵…

…Retour au paradis

Quelques kilomètres après Ammoudia se trouve un spot que nous adorons. Celui où nous nous sommes confinés en 2018. C’est l’occasion d’aborder une question philosophique…🤓

Pourquoi je n’aime pas revenir sur un spot que j’aime… Je ne sais pas si ça vous fait la même chose mais moi, quand il y a un bivouac que j’ai adoré, je ne veux pas y retourner. Paradoxale me direz-vous… Oui… mais j’ai trop peur que ce soit devenu moins bien et que mes beaux souvenirs soient gâchés. Pendant ce voyage ça s’est déjà produit deux fois. Venise d’abord que nous avions découverte à la veille du premier confinement, sans touristes. Cette année les groupes n’étant pas encore revenus nous n’avons pas été déçus. Mais on pense que nous ne reviendrons pas : bien trop peur de devoir marcher en file indienne dans les ruelles blindées de monde.

Deuxième exemple, avec notre super spot d’Ormos Odyssea qui nous avait recueillis pendant les longues semaines du confinement. Là, on a joué avec le feu. On y est retourné une troisième fois… d’un côté il y avait l’inquiétude que ce soit moins bien, d’un autre côté on ne pouvait pas passer tout près sans s’arrêter. Alors on y est allé… On a retrouvé notre coin chouchou tout détruit par une tempête (voir ICI comment c’était avant). Plus d’herbe au sol, les tamaris arrachés, les autres arbres cramés par le froid ou le sel, la plage emportée, la piste écroulée et le système d’arrivée d’eau éclaté 😢😨😱.
Les habitants on commencé à retaper le coin. L’accès au mini port a été remblayé… On ne sait pas s’ils auront les moyens de faire plus. Nous sommes restés malgré tout, en espérant retrouver nos chiens et chats… Mais eux aussi ont disparu. Il ne reste que Chtite Mémère et elle est maltraitée par une bande de nouveaux chiens😢….

Bref ça m’attriste.

On descend lentement vers le sud. La météo ne s’arrange pas, les plages sont toutes dévastées… Y’a un petit côté tristounet… On s’installe 2 nuits devant la citadelle de Leucade pour attendre qu’une grosse perturbation passe. Et là on prend une décision… On ne va pas remonter vers l’Albanie. Les prévisions météo sont mauvaises sur 15 jours et on n’est pas sûrs à 100% de ne pas se faire refouler à la frontière.

Un nouveau plan a germé dans nos petits cerveaux : on va aller en Crète !!

🎀Bon plan : Leucade, juste avant le pont tournant, il y a un monsieur qui vend des oranges🍊 dans sa camionnette, 5 euros pour beaucoup de kilos (10?) elles sont incroyablement sucrées !

Un pur lundi de Grèce en camping-car !

Un pur moment grec ! Sans le savoir, nous tombons en plein « lundi Pur ». C’est le jour des Cendres. La fin de Carnaval et le début du Carême. Ici, il y a une très jolie tradition : on se rassemble en famille pour faire voler des cerfs-volants 🪁🪁 ! Après les débordements de Carnaval, il faut nettoyer et élever son âme, elle est donc incarnée par les cerfs-volants et plein d’âmes s’élèvent comme ça dans le ciel.

On était au lagon de Messolonghi pour vivre ce beau moment, entre familles, flamants roses, salines, ciel orageux et petit resto de poisson. Et on peut vous dire que ce doit être vraiment important pour les Grecs. À la nuit tombante, alors que tout le monde avait été chassé par l’orage, un papi est arrivé, il a fait monter son cerf-volant très haut dans le ciel, il l’a regardé flotter pendant 10 minutes et il l’a ramené lentement avant de repartir d’où il était venu😌… Un joli moment grec💞.

La Grèce en camping-car : des spots sauvages 💙🤍💙

La Grèce en camping-car, pour nous, c’est avant tout des spots de rêve, bien sauvages ! Vous pourrez les découvrir dans une prochaine vidéo sur notre chaîne. Mais comme elle ne sera publiée que plus tard, on vous donne un aperçu en photo😊 : plage d’Aktio, promontoire de Kato Basilikè et les spots d’Argolide… La belle vie !

Naupacte, Nauplie, les plaisirs des petites villes

Parfois, on a envie de revenir un peu à la civilisation… C’est l’occasion de séjourner dans d’adorables villes. Parce que c’est ça aussi la Grèce en camping-car. S’immerger dans la vie grecque, s’asseoir à une terrasse et savourer longuement un café, découvrir de nouvelles saveurs (comme les grillades de brebis ci-dessous)…

À Naupacte le port est beau, mais la citadelle vénitienne n’a rien d’incontournable. À part la vue, mais pour ça vous pouvez vous arrêter au café Kastros… Ceci dit, ça nous a permis de partager un agréable moment avec @minole_vangirl dont vous pouvez suivre le road-trip en solo sur Instagram (coucou Solène👋).

On a beaucoup aimé Nauplie (comme tout le monde). Nous y sommes d’ailleurs resté pendant 3 nuits, ce qui chez nous est plutôt exceptionnel ! Le marché du samedi, les citadelles, les belles balades de plage en plage, les cafés, les restos, les boutiques,… il y a de quoi faire et tout est charmant !

🎀Bon plan🍽: vous vous demandez où manger à Nauplie ? On vous a dégoté un resto authentique, à l’écart des pièges à touristes. Sur la place Agios Konstantinos allez au Misirloù. Les patrons sont hyper gentils et on y mange une bonne cuisine typique. Nous, on a testé les grillades de brebis, on vous recommande si vous aimez les viandes un peu fortes. Sinon les aubergines avec la purée d’ail sont parfaites !

Le charme romantique de Poros

On profite d’une belle journée de soleil pour aller se balader sur l’île de Poros. Elle est accessible en à peine 10 minutes de ferry depuis Galatas (1 euro l’aller, 90 centimes le retour /pers…). On ne fait pas toute l’île, mais juste le bourg principal qui s’étire le long de la colline. C’est mignon comme tout !

La Grèce en camping-car c’est donc tout ça… Mais c’est encore bien plus ! On ne vous a pas parlé des sites archéologiques parce que nous venons souvent en Grèce. On connaît déjà les plus grands. Mais bien sûr c’est incontournable si vous venez pour la première fois !

On a commencé avec une galère, alors finissons avec une autre galère…

😤💩🤬 Galère 🤬💩😤
Aujourd’hui, « Les joies de la panne de gaz« … Vous avez remarqué ? On ne tombe jamais en panne de gaz à l’heure du déjeuner ! Non, c’est toujours en pleine nuit. Donc quand il fait bien noir, bien froid, et qu’on n’a aucune envie de sortir. Si possible, même, il pleut😒. En tout cas, chez nous c’est comme ça…
Et cette année, soit il fait particulièrement froid, soit le GPL est de particulièrement mauvaise qualité, mais en plus des bouteilles qui se terminent en pleine nuit, on a aussi droit au coup de la panne dès qu’il fait moins de 8°C. Autant dire souvent… Très souvent ! Trop souvent !!
Et comme un petit bonheur n’arrive jamais seul, la fixation censée retenir la porte du compartiment des bombonnes de gaz est HS. Du coup Alain, quand il va inverser les bouteilles au petit matin, à moitié endormi, il se prend régulièrement la porte sur le coin de la tête… 🤕
Moralité : quand tu dois changer le gaz, faut pas être trop dans le gaz 🙄😁

On se rapproche doucement mais sûrement du Pyrée, avec l’intention de partir pour la Crête. Ce sera un autre bout de la Grèce, en camping-car, toujours !!


3 commentaires

Budget Grèce : road-trip en camping-car - Les Epicurieux · 12 août 2022 à 14 h 25 min

[…] Le vlog : https://www.youtube.com/watch?v=VQzGP40eYlc&t=1432sLes articles : https://lesepicurieux.eu/grece-en-camping-car/https://lesepicurieux.eu/la-grece-en-camping-car-partie-2-mer-egee/ […]

La Turquie en camping-car (1 - La côte égéenne) - Les Epicurieux · 12 mai 2022 à 12 h 57 min

[…] deux mois très paisibles en Grèce (voir ici et là), il est temps de passer à autre chose ! La Turquie en camping-car est-ce que ça va […]

La Grèce en camping-car (partie 2 : mer Égée) - Les Epicurieux · 29 avril 2022 à 18 h 35 min

[…] vont être déçus… Suite au précédent article sur la Grèce (ici), vous étiez nombreux à attendre cette partie du voyage. Nous aussi d’ailleurs, mais les […]

Laisser un commentaire

Avatar placeholder
%d blogueurs aiment cette page :