Si nous avons quitté la région des lacs, nous n’avons pas quitté les lacs pour autant. Ils sont toujours nombreux et nous accueillent pour les pauses café, le déjeuner ou le bivouac 😊. Les aménagements sont toujours surprenants : grand foyer, hangar à bois en libre service, abri avec tables et cheminée, toilettes… Le grand luxe ! Et tout ça juste pour nous, puisque nous sommes toujours seuls… Heureusement les oiseaux sont là pour animer le paysage 😊.

Guerre d’hiver

Nous suivons la route la plus à l’est de la Finlande, la Via Karelia. C’est une route historique avec de nombreux monuments commémoratifs de la « guerre d’hiver ». « Mais c’est quoi la Guerre d’Hiver ?  » vous demandez-vous (sauf si vous êtes Finlandais ou prof d’histoire 🤔). On vous rassure tout de suite, on ne connaissait pas cette guerre avant de voir les premiers panneaux… C’est, par contre, un moment très important pour l’histoire finlandaise. Pendant 105 jours, à partir de novembre 1939, les soldats Finlandais se sont battus contre l’envahisseur russe. Et ils ont ainsi pu conserver leur indépendance. Le petit musée de Kuhmo permet de se mettre dans l’ambiance des combats.

À Raatten Porti (18 km de la frontière russe), on peut voir le champ de bataille et les engins de guerre.

Mais surtout, on est dans la commémoration avec un monument grandiose et touchant. Des pierres pour représenter les morts des deux camps et 105 cloches (pour les 105 jours de guerre) qui tintent au gré du vent pour qu’on n’oublie pas cet épisode.

D’autres monuments, d’autres plaques jalonnent la route.

Pétola visitor center

Autre particularité de la Via Karélia, elle traverse la zone la plus sauvage du pays, celle qui abrite le plus de gros mammifères. Le petit centre Pétola présente les prédateurs locaux : ours, loup, glouton et lynx. C’est petit mais bien fichu et l’accueil est sympa alors n’hésitez pas à y faire un saut.

Bon, en vrai, nous n’avons toujours pas vu les prédateurs en question 😕.

 

Le Peuple silencieux

Vision insolite le long de la route E63 : un groupe d’un millier de personnes dans un champs… C’est une oeuvre de Reijo Kela ; croix de bois habillées de vêtements de toutes sortes (provenant de dons) et des « têtes » faites de mottes de terre herbeuses. Sous le ciel couvert, tout ces personnages nous font penser à une armée de zombies… L’artiste refuse d’expliquer le sens de son oeuvre, il laisse à chacun la possibilité d’y voir ce qu’il veut… On vous laisse donc interpréter, mais si vous passez par là arrêtez vous, c’est à la fois mystérieux, intrigant, étonnant, amusant et un peu inquiétant. En tout cas ça ne laisse pas insensible et c’est bien là le but d’une oeuvre 😉.

Hossa : parc national et premiers rennes !

Nos premiers rennes ! Nous en apercevons deux en passant devant un hôtel à l’entrée du village. Nous qui les cherchions en pleine nature…  Mais la vraie rencontre a lieu dans le parc national d’Hossa. Nous faisons la balade de 3 km sur le sentier-nature balisé pomme de pin. Et là, entre les arbres :

Le popotin d’un renne !! À côté de lui une petite tête de bébé renne. Toute la famille est là ! Nous avançons tout doucement mais ils finissent par nous entendre. La mère et les deux petits se sauvent un peu plus loin. Trop mignons !

Le reste de la balade permet de voir différents lacs, quelques panneaux explicatifs et un petit Visitor Center.

Pêche : enfin du poisson !

On désespérait depuis le début du voyage… Mais là, 3 brochets et une perche dans la journée (+ 2 brochets qui se sont sauvés) ça mord enfin ! On garde juste 2 beaux brochets pour le repas, on remet les autres à l’eau.

 

Parc National d’Oulanka

Petite rando de 5 km. Sympa mais pas d’un grand intérêt si l’on exclu les fourmilières géantes et les rapides de la rivière. Pas la moindre faune…

 

 

Nous continuons la route vers le Nord, direction le Cercle Polaire et la Laponie. Les rennes se multiplient… on les croise sur la route, on les voit de loin au réveil… C’est cool !

 

Prochaine étape : la Laponie !

 

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder
%d blogueurs aiment cette page :