La Pologne en camping-car 

Nous avons traversé la Pologne en camping-car, un peu rapidement, l’objectif étant toujours d’atteindre la Finlande.

Quelques arrêts et nos bons plans sont tout de même au programme !

  • Auschwitz
  • Cracovie
  • Varsovie

État des routes et autres infos pratiques :

  • À la française. Quelques routes secondaires très défoncées par les camions, mais de très bonnes 4 voies. Beaucoup d’habitations. Circulation dense. Beaucoup de camions. On avait perdu l’habitude.
  • Les automobilistes sont très respectueux des passages piétons et des feux tricolores. Ils le sont un peu moins des limitations de vitesse, nous semble-t-il.😁
  • Un truc spécial, la température au sol… On n’a pas pris le temps de chercher l’explication,  si quelqu’un sait…
  • Depuis le début du voyage, c’est le pays qui ressemble le plus à la France. L’aménagement du territoire et les infrastructures sont proches. On retrouve aussi les mêmes enseignes (Castorama, Carrefour, Intermarché…). Si les panneaux n’étaient pas en polonais on se croirait à la maison 😉. Gros avantage, les prix beaucoup plus bas (du moins pour l’alimentation, on n’a pas regardé le reste).
  • On trouve du Gpl partout, en libre service.
  • En revanche il est beaucoup plus difficile de trouver de l’eau. Il n’y a pas systématiquement de robinet dans les stations services, loin de là (en tout cas sur notre trajet).

On commence par se reposer un peu au bord de l’étang, en compagnie d’un cygne, d’un butor, de mouettes et de grosses carpes qui attirent pas mal de pêcheurs. Un coin vraiment sympa !

 

Auschwitz

Quelques conseils pratiques :

  • Pour se repérer sur les panneaux, il faut suivre Oświęcim.
  • On avait lu partout qu’il faut réserver en ligne son entrée. Nous nous sommes pointés comme des fleurs au point d’info, une carte d’identité et hop on est entrés…
  • On a payé le parking alors qu’il y avait moyen de se garer pas loin, dans la ville.

« Visiter » Auschwitz peut paraître étrange. Mais ce n’est pas une visite touristique, c’est plutôt de l’ordre du devoir citoyen, du devoir de mémoire.  Ça oblige à se poser plein de questions sur la nature humaine, la société dans laquelle on vit… Bref au delà de la charge émotionnelle du camp lui-même (qui est déjà très forte) ça remue pas mal.
Pour préparer la visite, nous avons lu Etre sans destin d’Imre Kertész. On vous le recommande. Visiter le camp avec ce témoignage en tête est particulièrement glaçant car on retrouve sur place tout ce qu’on vient de lire.

Il est possible de prendre une visite guidée, comme nous avions déjà beaucoup lu sur le sujet, nous avons préféré avancer à notre rythme.

Le camp

La vie quotidienne

L’idéologie nazie

Se souvenir

 

Cracovie

On quitte Auschwitz pour aller dormir au bord de la Vistule à 10 km de Cracovie.


Très pratique. Le lendemain on arrive dans la ville par une petite route et on trouve à se garer pas loin du centre. Autre possibilité : se garer à 3 ou 4 km du cœur de ville, au bord de la Vistule (il y a des places) et aller à vélo par les pistes cyclables du bord de l’eau.
Malheureusement pour nous, il pleut. Du coup c’est moins joli.
Nous sommes impressionnés par le nombre de groupes scolaires de tous âges qui occupent la ville… C’est LA destination du moment 😃.

Le centre historique, entouré de sa ceinture de verdure, est assez petit et comme tout est piétonnier c’est agréable. On vous laisse découvrir en images.

La vieille ville

Le château Wawel

On regrette de ne pas avoir traîné dans Nowa Huta et Kazimierz ainsi que de ne pas avoir pris le temps de visiter l’usine de Schindler (celle du film La liste de Schindler). Mais après déjà 10 km plus ou moins sous la pluie on commençait à sentir le chien mouillé.😕

Bons plans gourmands…

On doit avouer que nous n’avons pas été au top, à part pour la pause café dans un beau vieux café cosy Noworolski de la halle aux draps.


À midi, nous nous sommes laissés séduire par les kiosques à bière et charcuterie au milieu du Rynek (place centrale). On opte pour les jambonneaux accompagnés de champignons et de ce que nous pensons être une sorte de purée de lentilles et qui s’avère être du boudin en énorme quantité. Au final c’est très gras, plutôt fade, et sous la pluie ça refroidit vite… Bof…😐.

Petit truc pas mauvais que nous goûtons : une sorte de fromage fumé en forme de demi lune, grillé sur le barbecue et servi avec de la confiture d’airelle. On en mangerait pas 36, mais une portion c’est sympa 😋.

Info pratique : il semble qu’il y ait une première heure de pointe à 15 h sur les grands boulevards …. En tout cas, nous avons passé un temps fou pour quitter Cracovie. Au passage, on a eu le temps de voir qu’il y avait beaucoup de zones possibles pour stationner, même en camping-car.

Nous avançons un peu sur la route de Varsovie. Il faut tenir le rythme « 1 jour une ville d’Europe » à la façon des cars de touristes 🤣…
On dort devant une église qui sonne beaucoup et nous avons droit à la visite des poules locales, mais aussi d’un chevreuil à la tombée de la nuit 😊.

Varsovie

À la lecture des guides nous hésitions un peu à nous arrêter. Il faut dire que nous commençons à avoir notre dose de villes, de capitales, de kilomètres et que nous avons envie de nous poser dans un coin sympa.
Mais bon, comme on y passe de toute façon, autant s’arrêter.
Et franchement on ne regrette pas du tout !
Suivant un bon plan de Park4night,  nous nous garons dans une impasse du parc Pole Mokotowskie.

La nuit aurait pu être super tranquille sans la fiesta DJ Techno qui a secoué (au sens propre😣) le camping-car jusqu’à l’aube…
Fatigués mais pas abattus, nous décidons de partir à pieds, même si nous sommes un peu loin du centre (nous ferons, au total, une boucle de 15 km😅).

Où est Charly??

Et en fait c’est une très bonne idée car nous découvrons les différents quartiers, la vraie vie de Varsovie, ce que nous n’avions pas fait à Cracovie. Voici quelques images mais qui ne rendent pas vraiment l’ambiance et surtout la musique qui est très présente dans la ville.

Architecture communiste

Quartier d’affaires

Voie royale

Secteur vieille ville et barbacane

L’ancien ghetto (quartiers Muranów et Miròw)

Street art et autres… avec en particulier l’immeuble (avec les silhouettes en fil de fer où s’était réfugié l’homme qui est le héros du film Le Pianiste)

 

Côté papilles

Nous n’avons presque plus de zlotis, nous pensons donc devoir nous serrer la ceinture. Mais c’est oublier que les restaurants sont vraiment bon marché en Pologne. Avec nos à peine 15 € nous dégustons chacun une soupe de tripes avec 33 cl de bonne bière (chez Zapiecek, chaîne de restaurant folklorique que nous vous recommandons !). On complète avec 2 cornets de glace achetés au coin d’un rue. Et nous pouvons encore nous offrir du pain des pirogies au chou et champignons et de la bière pour le repas du soir !


Au final, la Pologne nous a agréablement surpris par sa modernité. Nous avons peut-être  légèrement préféré Varsovie à Cracovie, mais c’est en grande partie dû au mauvais temps de Cracovie. Il faudra revenir pour visiter les musées de l’une comme de l’autre !

Prochaine étape : les Pays Baltes !

 

Info : cette page contient quelques liens vers Amazon.fr, si vous les utilisez pour acheter le produit, il ne vous coûtera pas plus cher mais nous recevrons une petite commission ;)
Vous avez aimé cet article ? Inscrivez-vous et partagez 🙂

2 commentaires sur “La Pologne en camping-car 

  1. Bonjour,
    Avons fait le nord en revenant du cap Norvège, mais nous y retournons cette année pour visiter Vorsovie et Cracovie. Merci pour vos infos. Pour les températures elles indiquent la température de l’air et de de la route surtout en hiver pour le verglas.

    Bonne route a vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.